IA & santé : Où en sont la Chine, les États-Unis et l’Europe ?

L’intelligence artificielle au service de la santé est hissée au rang d’enjeu majeur par les gouvernements...

L’Intelligence artificielle (IA) révolutionne peu à peu le monde de la médecine : les progrès du machine learning, du deep mind et du big data sont constants. Ils contribueront, dans un futur proche, à améliorer la précision des diagnostics médicaux, le traitement et la prévention de nombreuses maladies et promettent de soulager les praticiens de santé de tâches chronophages. La médecine des 4P (personnalisée, préventive, prédictive et participative) remplacera bel et bien la médecine curative.

L’Europe se cherche un cadre réglementaire

Parmi les grands enjeux de son développement : la recherche et l’innovation bien sûr mais aussi les problématiques éthiques, à commencer par la protection des données de santé qui doivent être collectées pour améliorer continuellement les performances des logiciels et des outils reposant sur l’IA.

Ces données sont cruciales pour permettre à l’IA de devenir réellement performante et utile à la médecine. Dans un futur très proche, les acteurs de la santé savent qu’ils devront moderniser leur infrastructure informatique afin qu’elle puisse répondre aux nouveaux standards imposés par l’IA : d’ici à 2023, la santé connectée représentera, à elle seule, une augmentation de 70% des dépenses informatiques des organisations dont l’activité est liée aux sciences de la vie.

Au niveau européen, depuis quelques années déjà, le cœur de la Commission européenne semble balancer entre volonté de régulation et désir d’innovation. L’enjeu central de la stratégie européenne peut être ainsi résumée : développer l’intelligence artificielle tout en encadrant les risques qu’elle fait peser sur les droits fondamentaux des êtres humains. L’UE devrait présenter, au printemps 2022, l’espace européen des données de santé, un élément clé pour garantir la sécurité des données patients. Et une étape déterminante qui permettra aux chercheurs d’avancer sans craindre d’innover hors cadre.

Le marché de l’IA dans la santé sera multiplié par 10 d’ici 2027

Le marché mondial de l’Intelligence artificielle (IA) dans le domaine de la santé représentait 4,3 milliards d’euros en 2020. Selon une projection, son taux de croissance annuel devrait continuer à s’élever à 50% et le marché devrait ainsi peser près de 45 milliards d’euros en 2027.

Demande croissante de thérapie personnalisée mais aussi de réduction des coûts, augmentation en volume et en complexité des données de santé, effet d’accélérateur de la crise liée au Covid-19, potentiel désormais démontré des outils d’IA dans la santé, notamment pour le traitement des maladies chroniques… Les raisons de cette hypercroissance sont nombreuses et cela n’a pas échappé aux investisseurs privés et aux gouvernements de quelques grandes puissances.

La France s’engage pour l’innovation dans l’Intelligence Artificielle

C’est notamment le cas de la France qui sait qu’investir massivement dans le développement de l’Intelligence artificielle, tous champs d’applications confondus, est indispensable. Les efforts publics pour financer la recherche en IA annoncés par le ministre de la Recherche et de l’enseignement supérieur Frédérique Vidal en octobre 2021 sont relativement importants : au total, une enveloppe de 2,2 milliards d’euros (dont 1,5 milliard de financement public) a été annoncée début novembre 2021, pour les cinq années à venir.

Autre indicateur intéressant : le nombre de start-ups françaises travaillant sur des solutions d’intelligence artificielle au service de la santé est passé de 102 en 2019 à 191 en 2020. Soucieuse que ces innovations voient le jour dans un cadre sûr, la France s’est dotée, en 2018, du Health Data Hub qui accompagne les porteurs de projet en veillant au respect des droits des citoyens.

L’Allemagne et Israël, en pointe, jouent la carte de la coopération

Parmi nos voisins Européens les plus actifs en matière de recherche sur l’IA et la santé, citons l’Allemagne qui, pour accélérer le développement de ses start-ups, a promis de mettre 200 millions d’euros par an sur la table d’ici à 2024.

Pour aller plus vite et plus loin, notre voisin multiplie les initiatives de coopération : avec la France et le Japon en 2018 ; avec la France en 2020 et, tout récemment, avec Israël : les deux états, qui se montrent particulièrement en pointe sur le sujet, viennent en effet de créer un forum commun pour travailler à la promotion de l’utilisation de l’IA et de l’apprentissage automatique dans les soins de santé.

Le ministère fédéral de la Santé allemand espère ainsi profiter de l’expertise qu’Israël a su développer ces dernières années. Numérisation des soins de santé, utilisation de l’IA dans l’imagerie médicale, développement d’algorithmes pour la détection précoce des maladies et leurs diagnostics médicaux : Israël a fait preuve de ses ambitions et, selon un rapport de Start Up nation central, les investissements dans les entreprises israéliennes de santé numérique flirtaient avec les 900 millions d’euros au cours des six premiers mois de 2021.

La Grande-Bretagne en fer de lance du Vieux Continent

La Grande-Bretagne défend elle aussi sa position et semble s'ériger en leader du continent européen en matière de recherche sur l’IA au service de la médecine. En 2019, le service national de santé (NHS) britannique a annoncé un plan de 260 millions d’euros pour accélérer le développement de l’innovation dans le secteur de l’IA et de la santé. Et pour la seule année 2021, les projets financés (notamment dans le triangle d’or des universités britanniques que sont Oxford, Cambridge et Londres) sont au nombre de 34 (14 en phase 1, 9 en phase 2, 10 en phase 3 et 5 en phase 4).

Ils recouvrent de nombreux champs d’applications de l’IA dans la santé : outils de détection de cancer du côlon ou d’analyses des lésions dermatologiques ou encore logiciel d’aide à la gestion des plaintes en matière de soins de santé… Les Britanniques, comme les autres, le savent : le développement de solutions opérationnelles pouvant effectivement bénéficier au plus grand nombre prend du temps mais il faut agir sans attendre pour les développer.  

 

Les efforts de la Chine sont indispensables à sa population

Mais la course contre la montre est engagée depuis longtemps et, selon de nombreux observateurs, il n’y a plus une seconde à perdre si l’on veut éviter que seule la Chine tire son épingle du jeu. Car si elle se situe seulement au troisième rang des nations en termes d’innovation derrière les États-Unis et la Grande-Bretagne, elle devance très largement les autres pays lorsqu’on parle d’investissements.

Si le développement de l’IA dans la santé devrait à terme rendre d’immenses services à l’ensemble de la population mondiale, l’enjeu semble particulièrement important pour les Chinois : le pays, qui compte 1,4 milliard d'habitants, ne compte que 12 millions de médecins, essentiellement concentrés dans les métropoles de l’Est du pays. En Chine, l’IA est indispensable pour désenclaver des territoires entiers, véritables déserts médicaux.

Les États-Unis préservent leur avance

Les Américains continuent inéluctablement à faire course en tête côté recherche et innovation. Les investissements publics sont certes une goutte d’eau au regard des sommes engagées par quelques géants des nouvelles technologies, en tête desquels Microsoft, Facebook et Google.

Mais la politique du gouvernement fédéral vise clairement à faciliter son développement : il n’hésite pas pour cela à payer les médecins afin de les inciter à utiliser un algorithme d’Intelligence artificielle qui permet de diagnostiquer les maladies oculaires chez les diabétiques ou encore les complications chez les patients victimes d’AVC. Une politique volontariste certes, mais largement soutenue par une immense force de frappe privée.