Inscrivez-vous à notre newsletter

Nos meilleures actualités, une fois par mois. Garanties sans spam et pleines de bons conseils!

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
October 20, 2022

Nouvelles technologies en santé : pourquoi les intégrer à sa pratique ?

Applications, objets connectés, téléconsultation, dossiers de santé électroniques ou prise de rendez-vous en ligne... Les nouvelles technologies de l’information et de la communication font déjà partie de notre quotidien et transforment notre façon d’aborder et d’exercer la médecine. Alors que certains craignent de les voir dénaturer les relations soignants-patients, d’autres les considèrent comme une chance pour la pratique de la médecine. On fait le point.


E-Santé : le futur de la médecine est déjà là

Rien ne sert de faire l’autruche : les nouvelles technologies sont partout autour de nous. En automatisant certaines tâches laborieuses et en libérant du temps aux médecins, elles leur permettent de se concentrer sur un travail typiquement médical, pour se former, faire de la recherche, développer écoute et empathie, ... Aux patients, elles proposent d’être mieux informés, suivis et soutenus. Voici quelques exemples de ces nouvelles technologies qui composent la « e-santé » :

  • Les applications mobiles : De la prise de rendez-vous au suivi du traitement en passant par le recueil des avis patients ou la prévention des maux de dos … il existe une application pour tout, ou presque. Bien utilisées, elles permettent un gain de temps administratif considérable, et d’entretenir de bonnes relations avec ses patients.
  • La télésanté : Ce sont tous les services de santé – diagnostic, traitement, éducation, sensibilisation, prévention, autosoins – auxquels on accède à distance, notamment par le biais des applications mobiles. Patients et médecins ont davantage recours aux plateformes de téléconsultation, de prise de rendez-vous, ou de résultats d’analyse en ligne. Ces services se révèlent particulièrement utiles en période de COVID-19, mais aussi et surtout pour prendre en charge les personnes isolées, à mobilité réduite ou vivant dans des zones sous-dotées en médecins.

Les nouvelles technologies facilitent le travail des praticiens et la vie des patients. Pour faire face aux défis qu’elles représentent, seuls deux impératifs : s’informer et se former !


Une ressource exceptionnelle pour la médecine

Vingt-cinq ans après l’apparition des premiers modèles prédictifs et d’aide à la décision en dentisterie, l’IA s’est beaucoup améliorée techniquement. Elle est même devenue une méthode reconnue pour identifier un patient à risque de développer un cancer de la bouche. Mais son apport va bien au-delà de ce type de diagnostic. Voici quelques exemples de ses récentes applications :


  • Gestion de la patientèle : Des « assistants virtuels intelligents » peuvent aujourd’hui aider le dentiste dans l’organisation des dossiers de patients en assurant des tâches comme la prise de rendez-vous et de renseignements. Ils fournissent ensuite une assistance analytique au praticien pour établir le diagnostic et le plan de traitement en mettant en lumière certains éléments présents au dossier du patient.
  • Orthodontie : L’IA est maintenant utilisée sur l’ensemble du parcours thérapeutique orthodontique. C’est une des avancées majeures de ces dernières années. Grâce à des scanners à acquisition 3D, les praticiens peuvent évaluer des anomalies, et fabriquer des appareils dentaires sur mesure. Grâce à un modèle prédictif de la taille des dents non encore érigées, l’IA décide ensuite des pressions et directions à appliquer à chacune des dents, réduisant les erreurs et le temps de traitement.
  • Radiologie : Couplée à des systèmes d’imagerie comme l’IRM ou le cone beam (CBCT), l’IA peut identifier d’infimes déviations structurelles invisibles à l’œil humain. Les professionnels du secteur s’en servent notamment pour diagnostiquer des caries proximales ou repérer des ganglions anormaux.
  • Parodontie : Des modèles d’IA peuvent aujourd’hui détecter les parodontites et classer les patients en fonction de l’agressivité ou la chronicité de l’affection.
  • Robotique : L’exemple du fauteuil dentaire est sûrement parmi plus représentatifs de l’utilisation bénéfique de l’IA en dentisterie. De fait, l’IA a totalement transformé le fauteuil dentaire d’une version conventionnelle hydraulique à une version totalement électrique et opérée au moyen de capteurs. Depuis peu, elles peuvent même être activées par des commandes vocales, économisant les gestes du praticien et limitant les risques de contamination. Il n’est plus très loin le jour où les fauteuils dentaires mesureront le poids, les constantes vitales ou le niveau d’anxiété des patients venus s’y installer.


Innovation en IA : États-Unis et Chine en tête, l’Europe à la traîne

Qu’on se le dise : l’IA est encore très loin de pouvoir « répliquer » l’intelligence humaine. Pour l’instant, les algorithmes qui la composent ne peuvent prendre de décisions qu’à partir de cas simples, dans des domaines définis. L’homme doit néanmoins surveiller et juger consciencieusement les résultats obtenus par l’IA, pour les corriger au besoin. En effet, à mesure que l’IA prend de l’ampleur dans nos vies et que les architectures algorithmiques se complexifient, les risques de biais et d’usages incontrôlés ou malveillants se font plus prégnants. De nombreux groupes de travail se penchent sur les questions éthiques qui découlent de l’IA, notamment en termes d’utilisation et de protection des données.

A la condition qu’elle soit correctement contrôlée, l’IA représente une opportunité phénoménale dans un grand nombre de domaines, et en particulier la médecine. De fait, l’IA et les nouvelles technologies qui en découlent joueront – et jouent déjà – un rôle important dans l’évolution des méthodes diagnostiques et thérapeutiques.


Avec l’accroissement exponentiel des capacités de calcul des ordinateurs, la recherche médicale s’accélère. Elle analyse chaque jour de plus en plus d’informations, dossiers ou résultats d’imagerie. Ainsi , de nouvelles technologies apparaissent presque quotidiennement. Les robots seront en première ligne des nouvelles technologies utilisables en médecine. D’ailleurs, ils assistent déjà de nombreux chirurgiens et effectuent par exemple des opérations à distance. L’impression 3D a aussi de beaux jours devant elle.

Bref, les nouvelles technologies font déjà partie de l’écosystème médical et ont vocation à se développer, pour améliorer les parcours de soins et le quotidien des médecins.


Recevez les dernières mises à jour de Allisone dans votre boîte mail.

Nos meilleures actualités, une fois par mois.
Garanties sans spam et pleines de bons conseils !

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Pas encore utilisateur d’Allisone ?

Découvrez ce que Allisone peut faire pour vous

DÉCOUVRIR ALLISONE
``