Ces technologies qui révolutionnent la médecine

Progrès technologique et médecine ont toujours été intimement liés, quelle que soit l’époque. Aujourd’hui...

Progrès technologique et médecine ont toujours été intimement liés, quelle que soit l’époque. Aujourd’hui, avec l’avènement de l’intelligence artificielle, de nouvelles technologies de santé hautement innovantes apparaissent quasi-quotidiennement : impression 3D de peau ou de médicaments, hypnose par réalité virtuelle, robots-chirurgiens, organes artificiels … Focus sur quatre innovations majeures en santé.

Médicaments et tissus imprimés en 3D

L’impression 3D rencontre un intérêt grandissant dans de nombreux secteurs : prototypage, industrie, aéronautique, construction, armée, alimentation … La médecine n’est pas en reste. Première application possible : l’impression de médicaments, qui permet de moduler précisément et sur mesure les doses et structures des comprimés. Le laboratoire Sanofi s’est déjà emparé de la question, et mène des investigations poussées en attendant l’émergence d’un cadre législatif.

Plus surprenant encore, l’impression 3D permet de reproduire artificiellement des tissus biologiques. On parle alors de bio-impression. En partenariat avec la start-up Poietis, L’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (HPHM) prépare un essai clinique pour réaliser la première greffe au monde de peau bio-imprimée à partir de cellules prélevées sur le patient. D’autres recherches prometteuses sont en cours pour bio-imprimer des organes vitaux, des articulations ou des dents.

La réalité virtuelle, une alternative à la médication

Initialement plébiscitée par l’industrie du jeu vidéo, la réalité virtuelle (VR) s’avère être un outil exceptionnel pour la médecine. Une start-up française baptisée HypnoVR a par exemple mis au point une solution d’hypnose par réalité virtuelle qui allège, voire remplace, la sédation (et ses nombreux effets indésirables). Cette « hypnosédation » peut être utilisée avant, pendant et après une intervention chirurgicale. Elle est aussi d’une grande aide pour surmonter l’anxiété lors des soins dentaires.

Et les progrès ne s’arrêtent pas là. Une start-up américaine, Osso VR, commercialise une solution de formation chirurgicale en VR. Une autre start-up du nom de Mind Maze, suisse celle-ci, propose des programmes de rééducation en VR destinés aux patients atteints d’un AVC. D’autres innovations sont apparues pour la kinésithérapie, la prévention et la sensibilisation, la lutte contre les dépendances, l’organisation des soins… un champ d’application qui semble infini pour la VR.

Des robots en salle d’opération … et dans les veines

La chirurgie assistée par robot, ou chirurgie robotique, s’est étendue à de nombreuses spécialités. Grâce à leur précision accrue, les « robots chirurgiens » permettent de réaliser des opérations complexes avec peu de séquelles. Le plus utilisé est le Da Vinci, de l’américain Intuitive Surgical. Ses quatre bras automatisés, surmontés de pinces articulées miniatures et d’une caméra 3D, reproduisent précisément les gestes du chirurgien qui donne ses instructions à l’aide d’une manette et de pédales.

Autre innovation d’envergure en robotique médicale : des nanorobots capables de « nager » dans le sang. Des équipes de chercheurs du monde entier s’y intéressent. Quand certains tentent de développer des robots qui délivrent un traitement de façon très ciblée, d’autres mettent au point des automates programmés pour localiser et détruire les tumeurs.

Des organes artificiels pour tout le corps humain ?

Le 18 décembre 2013 tombait une nouvelle très attendue : la première implantation réussie d’un cœur artificiel « total ». Le dispositif électromécanique, mis au point par l’entreprise française Carmat, remplace totalement le cœur biologique, évitant au passage le risque de rejet par le système immunitaire grâce à ses matériaux biologiquement inertes. En 2020, le cœur artificiel de Carmat a décroché son autorisation de mise sur le marché européen.

Le cœur n’est pas le seul organe à être répliqué artificiellement. En France, des recherches sont en cours pour concevoir un poumon artificiel « externe ». Aux Etats-Unis, des chercheurs de l’Université de Californie à San Francisco (UCSF) ont récemment élaboré le tout premier prototype de rein bioartificiel. La société Diabeloop a développé un système de « pancréas artificiel » qui associe une pompe à insuline à un capteur de glycémie pour délivrer l’insuline en fonction de l’évolution de la glycémie, en temps réel. L’entreprise Pixium Vision est à l’initiative d’un implant sous-rétinien pour améliorer l’acuité visuelle des patients souffrant de dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA). Et la liste se poursuit : larynx en titane, oreille bioniques, orthèses articulaires motorisées … tout y passe !