Inscrivez-vous à notre newsletter

Nos meilleures actualités, une fois par mois. Garanties sans spam et pleines de bons conseils!

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.
October 20, 2022

IA en santé : comment la machine booste l’intelligence humaine

Si certains aspects de la montée en puissance de l’intelligence artificielle ont parfois tendance à effrayer, cette technologie qui vise à simplifier et à optimiser des efforts fondamentalement humains a d’ores et déjà démontré son utilité, notamment en matière de santé.

 

Piratage, perte de contrôle, intrusion dans la vie privée, protection des données… Les risques potentiels associés à l’Intelligence artificielle sont régulièrement décrits et génèrent une certaine méfiance à l’égard de ces technologies en plein essor. Si des failles sont possibles et si la vigilance est indispensable, l’IA ne doit pourtant pas être uniquement considérée comme une source de dangers pour la société et pour l’Homme.

Il n’y a pas une mais des IA  

Il n’existe d’ailleurs pas une Intelligence artificielle unique. Le terme, défini pour la première fois par John McCarthy, mathématicien de l’Université de Stanford, dans les années 1950, désigne un ensemble de théories et de méthodes mathématiques permettant à une machine d’apprendre à réaliser des tâches qui requièrent de l’intelligence humaine : qu’il s’agisse d’analyse d’images, de prise de décision ou de planification, son objectif final est bien de soutenir l’homme dans ses activités.

L’Intelligence artificielle intègre aujourd’hui des concepts sous-jacents tels que le Machine Learning et le Deep Learning. Le Machine Learning, ou apprentissage automatique, est une méthode qui permet d’entraîner des algorithmes à la reproduction d’un comportement. Confronté à de nombreuses situations, l’algorithme apprend quelle est la décision à adopter et créé un modèle. La machine est ainsi en mesure d’automatiser les tâches en fonction des situations.

 

Branche du Machine Learning, le Deep Learning (ou apprentissage profond) désigne des algorithmes complexes nommés selon les fonctions du cerveau humain qu’ils reproduisent. Parmi eux, les réseaux neuronaux convolutifs, notamment utilisés pour la reconnaissance d’images et la mémoire à court et à long termes, intervenant dans le traitement du langage.

 

L’Intelligence artificielle ne remplacera pas les hommes

Parmi les détracteurs de l’IA, il y a ceux qui redoutent que la machine prenne le dessus sur l’Intelligence humaine et qu’elle ne vienne remplacer les hommes dans de trop nombreuses fonctions et donc d’emplois. Pourtant, si l’IA a permis de développer des logiciels de gestion fiscale par exemple, les comptables n’ont pas disparu. En revanche, grâce à ces solutions technologiques en constante évolution, ces professionnels peuvent désormais offrir un meilleur service à leurs clients. C’est bien là l’une des forces premières de l’IA : soutenir les hommes dans leurs tâches et optimiser leur temps et leurs efforts.

 

En médecine, l’Intelligence artificielle a déjà fait ses preuves dans différents domaines, à commencer par la détection et le diagnostic des maladies. Des modèles d’apprentissage automatique sont par exemple utilisés pour observer les signes vitaux des patients recevant des soins intensifs et alerter les cliniciens si certains facteurs de risque augmentent. Tandis que les appareils médicaux (moniteurs cardiaques par exemple) suivent les signes vitaux, l’IA collecte les données de ces appareils et recherche des conditions plus complexes telles que la septicémie.

 

L’Intelligence artificielle contribue également au développement d’une médecine personnalisée : capable d’apprendre et de retenir toutes les informations liées à un patient, un assistant virtuel optimisé par l’IA fournit des recommandations personnalisées, tenant compte des antécédents médicaux mais également des préférences et des besoins, en temps réel, 24 heures sur 24.

 

L’imagerie médicale est un autre domaine que l’IA est en passe de révolutionner : optimisée par des réseaux neuronaux artificiels (Deep Learning), elle se montre d’ores et déjà tout aussi efficace que les radiologues pour détecter les signes du cancer du sein par exemple. En plus de cette assistance aux praticiens pour repérer les signes précoces de la maladie, l’IA simplifie la gestion du nombre exponentiel d’images médicales qu’un professionnel doit analyser et conserver : en détectant les éléments essentiels de la quantité de clichés disponibles, l’IA permet de ne présenter au patient que les images pertinentes.

 

L’IA a besoin de l’homme pour progresser

La mise en pratique efficiente et pertinente des solutions d’Intelligence artificielle dépend des compétences des professionnels qui les utilisent, et de leur capacité à les comprendre. Et la puissance de l’IA repose certes sur ses progrès constants, mais également sur celles des compétences humaines. C’est bien la conjugaison de l’augmentation des capacités techniques et des connaissances humaines qui promettent, dans les années à venir, une révolution dans le secteur de la santé.

 

Si elle est de plus en plus utilisée dans la détection précoce de certains cancers, c’est sans doute lors d’une visite chez le dentiste que les patients découvriront des solutions de santé liées à l’IA. Dans ce domaine en particulier, les solutions se montrent en effet d’ores et déjà d’une efficacité remarquable et visible à la fois des praticiens et de leurs patients.

 

Comment fonctionne l’IA d’Allisone ? 

Basée sur le Deep learning, le logiciel en Saas d’Allisone détecte les lésions (carieuses et périapicales) et met en évidence les particularités dentaires de chaque patient grâce à un code-couleur. La technologie, robuste et fiable, est d’une précision égale voire supérieure à l’œil humain : selon une étude, ce type d’applications est capable de détecter jusqu’à 50% de cas de caries dentaires supplémentaires que des dentistes expérimentés.

 

Pour autant, l’IA ne prend jamais le pas sur le professionnel dans le processus de décision. Elle fournit une seconde lecture, une seconde opinion et se positionne comme un booster d’intelligence humaine. À la clé pour le praticien : une lecture facilitée des radios panoramiques et une réduction du risque d’erreur de diagnostic. Mais ce n’est pas tout. Allisone est également un support de présentation visuelle pédagogique et facilement compréhensible pour le patient. Qui, puisqu’il comprend mieux ce qui se joue dans sa bouche, est plus enclin à accepter le plan de traitement proposé par son chirurgien-dentiste.  

 

Au-delà de l’analyse des radios panoramiques, l’IA d’Allisone est en mesure de proposer le plan de traitement le plus adapté à la situation unique de chaque patient. Mais c’est bien le praticien lui-même qui établit le diagnostic final et décide des soins à prodiguer.

 

Ce que l’IA permet, c’est l’amplification de l’intelligence humaine et l’automatisation de tâches répétitives et chronophages sans grande valeur ajoutée. À la clé, un temps dégagé pour les activités de diagnostic et de pédagogie au fauteuil. Et une amélioration de la qualité des relations praticiens-patients.

 

Pour en savoir davantage sur le fonctionnement de l’IA d’Allisone et sur la manière dont elle simplifie votre travail et s’adapte à votre pratique, réservez une démonstration avec l’un de nos experts.

 

Recevez les dernières mises à jour de Allisone dans votre boîte mail.

Nos meilleures actualités, une fois par mois.
Garanties sans spam et pleines de bons conseils !

Thank you! Your submission has been received!
Oops! Something went wrong while submitting the form.

Pas encore utilisateur d’Allisone ?

Découvrez ce que Allisone peut faire pour vous

DÉCOUVRIR ALLISONE
``